Jean-Luc THEYS

theys

Avec cet Opus huit, Jean-Luc-Philipp Theys termine cette seconde quadrilogie avec ce nouveau roman d’anticipation ; il s’adresse toujours à ce grand public qui garde son âme d’adolescent. Nous y rencontrons toujours autant de personnages planétaires qui se dépassent, ce bon vieil hélicoptère désormais en version cosmique, et autant de situations terriennes que sélénites.

le site de Jean-Luc theys ici

C’est une nouvelle tranche de vie pour cette famille Synonym qui habite la moitié de l’année sur la Lune et le reste du temps dans un petit village sur Terre qui s’appelle Verveine dans une contrée perdue qui n’apparaît sur aucune carte terrienne. Il s’agit toujours de Charlotte et de Philipp, les parents, et de leurs trois fils, Camille, Lucas et Martin, sans oublier leur Chat féminin qui s’appelle toujours Kaatz et qui distribue toujours ces drôles de puces d’origine lunaire autour d’elle, tout ça parce que ce petit monde trempe depuis longtemps dans une expérience familiale qui consiste à caloriser les dessous de la Lune en utilisant comme mode de transport des bulles qui fonctionnent au séléniium, un minerai rare qui s’écrit d’ailleurs avec deux « ii » et qui n’existe que sur l’astre lunaire.

Et alors tout se précipite entre la Terre et la Lune, la dernière bulle coince un peu beaucoup… Et c’est encore le chat qui s’y colle pour vous le raconter…

theyslivre

Publicités
Cet article a été publié dans Auteurs Jeunesse, Auteurs Littérature générale, SF, fantasy, fantastique. Ajoutez ce permalien à vos favoris.